© 2020 la vie manifeste. All rights reserved.

Sur la terre qui est plate comme une table

Nous savons tous ça. La terre est plate et froissée comme un papier qu’on aurait serré dans son poing et qu’on aurait ensuite lissé du plat de la main.

Montage et mixage > Emmanuel Moreira
Texte > Carolina Sanin, la quiétude
Traduction de l’espagnol par Bérangère Pétrault, revue Fracas
Lecture > Amandine André

C’est étrange car si je me pose la question tout cela a commencé avec l’usage du conditionnel, sa virtualité comme puissance de respiration et comme charge électrique. Et dans tout le texte, l’indicatif n’est plus le mode majeur qui donne le la, articule une dépendance au réel, et fait sa loi. Dans ce texte l’indicatif se trouve articulé à la dépendance du possible et de l’imaginaire. Et la virtualité de ce mode n’en fait pas une loi mais un jeu.
Le jeu, c’est aussi un espace donné pour pouvoir avoir du mouvement, être en mouvement.
Toute action qui n’est pas cheminement de l’imaginaire est vouée à être arrêtée par le réel emprisonné par son passé et ses conditions. Subordonnée à un contexte, à un état de chose. Le mouvement devient rapidement immobilité, raideur.
Je n’ai pas encore fini d’écrire ce petit texte et je vais donc finir par Guillaume que j’ai ressorti pour l’occasion:

« Ainsi le fait de langue, c’est l’existence en langue, avant l’emploi, d’un futur porteur d’une surcharge d’hypothèse, aussi petite ou grande que l’on voudra, mais existante. » Gustave Guillaume

« Le futur catégorique, le futur proprement dit, se détermine au sortir du présent. C’est sa position de définition. Qui dit présent clos dit futur catégorique. Et si on quitte le futur catégorique, c’est qu’on renonce aussi à clore le présent »

Amandine André


///////////// AUTRES DOCUMENTS

Plusieurs fois vint un Camarade, le même, cet autre, me confier le besoin d’agir

Pièce radiophonique.
Textes > Franz Kafka, Mahmoud Darwich
Réalisation > Emmanuel Moreira

Loto, poème sonore

Amandine André
poème sonore.

La nuit

Pièce radiophonique
Texte : Amandine André
Réalisation : Emmanuel Moreira.
la nuit ne chute pas, la nuit n’a jamais fait que passer, la nuit n’est qu’un moment et un moment ne chute pas, il ne fait que passer