© 2016 la vie manifeste. All rights reserved.

Faire le mal avec des fleurs

Entretien avec Plínio Walder Prado. Il enseigne au département de philosophie de l’université de Paris 8.
Nous l’avons rencontré au Mucem, à Marseille, lors des journées consacrées à Boris Cyrulnik.
C’est à la suite de la table ronde « Un monde à écrire pour le construire » dans laquelle il est intervenu, que s’ouvre le dialogue avec lui. Alors que le mot de résilience ne cessait de circuler tout au long de ces journées, Plinio Walder Prado est venu rompre une forme de consensus quant à la force clinique et politique de ce mot. « Dans la souffrance il y a quelque chose qui me fait souffrir qui n’est pas moi, mais le monde, et dont je n’ai pas à guérir ». Voilà en substance la critique adressée par le philosophe à la notion de résilience. Notion qui transporte avec elle l’idée d’une harmonie, d’une paix enfin retrouvée entre soi et le monde. Critique ici du philosophe qui vise à réinjecter une conflictualité nécessaire avec ce qui m’entoure plutôt qu’une guérison qui en définitive ne serait peut-être rien d’autre qu’une adaptation aux lois du monde tel qu’il est. C’est-à-dire en dernier recours, aux lois du néolibéralisme qui exigent de nous, toujours davantage, de nous adapter à ses contraintes, à ses fluctuations, aux valeurs de la réussite.

par Emmanuel Moreira
production : radio grenouille

 

////////////// Autres documents

La santé mentale, vers un bonheur sous contrôle

capturecitizenfour

Comment un concept à l’origine progressiste, comme celui de la santé mentale est devenu un outil de gouvernement des conduites au service d’une économie néolibérale hyperindividualisante ? Entretien avec Mathieu Bellahsen psychiatre, à propos de l’ouvrage La santé mentale, vers un bonheur sous contrôle, publié aux éditions La Fabrique.

Le Patient, Jérôme Bertin

Maiboxes gaetane

extrait de Le patient, à paraître le 14 septembre aux éditions Al Dante

Le principe d’université, Plinio Walder Prado© Image Armine Rouhani

Plinio Walder Prado est philosophe au département de philosophie de l’Université Paris 8, Vincennes – St Denis. Il vient de publier aux éditions Lignes Le Principe d’Université, un texte bref et offensif. Le Principe d’Université est un texte de circonstance qui s’inscrit dans un contexte, celui de l’application du « processus de Bologne » à l’Université par des réformes telles que le LMD, LRU, Mastérisation, statut des Enseignants-Chercheurs… / Entretien radiophonique et réalisation : Emmanuel Moreira