.

sylvie est un nom propre et commun




les fleurs, les fruits, les poèmes
sont dans les détails,
sur les plus fines branches
-celles qui tombent avant la mort

Pierre GARNIER











d’ici quelques jours            on ne verra plus           ce qui se passe derrière le mur                           l’abattage                      des arbres comme celui     des poules                  des veaux             des porcs sera soustrait                   à nos regards                                           











devant la boulangerie                         des gens                     en rond autour            du container                  une femme               c’est elle la plus âgée                  préconise le partage                      il faut pas en prendre              plus                     que les autres                         











c’est le dernier jour du marché                                          les forains ne reviendront plus ici                léa dit ça fait 8 ans                qu’il a plus replongé         3 fois par semaine le marché           ça l’a cadré il a le bracelet mais tout ça             c’est fini                             8 ans c’est long 8 ans                 tout ce temps                         il a travaillé honnêtement         c’est pas facile                                  notre métier et maintenant               ils nous foutent dehors          ils veulent plus qu’on vienne                       il a dit                                   je m’en fous du bracelet             si je dois remonter                          je remonterai moi je voulais travailler                                                                       











la police arrive               les arbres condamnés                   sont déjà foliotés               les hommes armés                    encerclent la place mais le bar 31                    reste ouvert                      la patronne dit qu’il faut vivre quand même                            d’ailleurs il ne fait pas froid                    on peut encore boire               un verre en terrasse











les camions viennent             ils transportent                  des plots en béton                  la police gaze les manifestants                          par la même occasion                          gaze ceux                          qui ne manifestent pas             ceux qui                           font leurs courses ceux qui boivent un verre                                    la police gaze aussi les arbres                les pigeons                     les tourterelles turques les chiens                         tout ce qui traîne sur la place                    











le 16 octobre           le sort des arbres est réglé                             tôt le matin                            tout le monde voit                    leurs beaux corps abattus              branches en bas                        bras en croix sur la route              leurs feuillages                              encore neufs roulés                par terre                            tout crasseux maintenant des machines                  sur place                            les tronçonnent les réduisent                                  en sciure                                      











pour l’instant                      le mur                                        n’est pas infranchissable               julien* parle                            à la dépouille de l’arbre              c’est la nuit                       il commence à pleuvoir nous sommes peu               quelques amis                         quelques membres              de l’assemblée de la plaine**                      2 ou 3 sans-abris                 le poète parle gentiment                      au tilleul mort                  ensemble               nous reprenons             les mots qu’il prononce                           sous la pluie                                      











la place est décousue                                            le mur est installé il mesure 2m50        de haut        et coûte                  400 000 euros les oiseaux                    ne savent plus                       où se percher ils sont nombreux           à se poser                         sur la chaussée nombreux aussi                                                     à se faire écraser alors                  ils se réunissent                                   et s’assoient sur la crête du mur                      observent                                       











c’est la toussaint                                                    nous manifestons nous tournons                   autour du mur                    nous couvrons nos fenêtres                  de tissus noirs                  la ville s’endeuille











entre temps                    le snack kamut                                   ferme c’est là qu’on mangeait             les jours de marché            le patron offre à boire            on se prend en photo                 devant la vitrine un ancien client                 vient négocier                 le prix des frigos on se demande                ce que vont devenir              le pharaon et le sphinx                 en résine époxy                                                   











celui qui                depuis des années                         fait la manche devant la pharmacie                                                    dit qu’on traite les arbres                        aussi mal                             que les chiens avant il dormait                        pas loin d’ici                            depuis le début des travaux                                                il est parti dormir derrière la gare                   mais on y dort peu                                  











la pluie                              tombe du ciel                              les nuits et        les autres jours                                                                      











on écoute les informations                                        des corps sont retrouvés                              corps d’hommes                    corps de femmes               une jeune fille disparue                             la mère de l’enfant déposé à l’école                    ne donne plus signe de vie la pluie ne cesse pas                                                      la mairie dit que c’est de la faute                       à la pluie                                     











sur la terrasse du 31                                    dès que la pluie s’arrête la patronne remet           les tables et les chaises                      là où il reste               de la place              au pied du mur                          











les chiens                                 les rats                            les oiseaux les mouches                                             participent au mouvement l’humanité est suspecte                                                           même lorsqu’elle s’accroche aux branches                            sous prétexte de sauver les essences                                                                     











il se passe des choses                sur la terre                    et sous elle les racines fédérées remontent                                        tout le long du boulevard                   la vieille poule meurt                       peu de temps après            la cohorte des arbres                 c’est une autre coquille qui se brise             nos vies mêlées sont défaites               











les fleurs des tilleuls                                         sont hermaphrodites 5 sépales                    protègent 5 pétales                               libres











l’écorce                          grise et lisse                           en vieillissant se marque de gerçures               puis                               sur le tronc apparaissent              de larges crevasses                         les tilleuls ont la peau dure                         ils vivent                 jusqu’à 400 ans et parfois même                                        beaucoup plus longtemps mais pas à la plaine***                                                                       











Notes :

* Tranchés dans le vif ! Lecture de Julien Blaine sur la place Jean Jaurès à Marseille le 17 octobre 2018.

**l’Assemblée de la Plaine réunit des personnes qui travaillent, habitent, vivent dans le quartier. C’est une assemblée ouverte qui tient des réunions publiques afin de dénoncer l’occupation et la gentrification du quartier. Elle propose des actions dans l’espace public pour lutter contre le projet de requalification de la Plaine mené par la Ville. Le chantier a cependant commencé le 11 octobre 2017. Depuis lors, plus de cent arbres sains ont été abattus, le marché a disparu, et les forains ont été dispersés contre leur gré dans divers quartiers de la ville. Pour répondre aux contestations des habitants, la municipalité a fait dresser un mur de béton tout autour de la place pour nous en empêcher l’accès.

*** La Plaine est le surnom donné par les marseillais à la Place Jean-Jaurès. Ce nom vient de l’appellation ancienne du lieu  Plan Saint-Michel (Plan Sant Miquèu ), Plan signifiant Plateau en provençal.

Frédérique Guetat Liviani

///////// Autres documents

les lettres de la plaine

Depuis le 11 octobre, le quartier de la plaine à Marseille est engagé dans une bataille décisive pour la vie de son quartier. Une bataille contre la soleam (société d’aménagement de la ville), qui veut s’approprier la place du quartier. Au jour le jour, des lettres s’écrivent, puis sont lues et publiées. Elles trament en creux un récit du mouvement.

À Romainville, au nom de l’écologie on massacre

À deux kilomètres à l’est de Paris, en contre-bas de la cité Gagarine, il existe une forêt de 27 hectares : la Forêt de la Corniches des Forts, à Romainville.

Tout le monde dehors

Pièce sonore.
La ville empêchée, faite de sauts d’obstacles politiques. Ce sont des fragments comme autant de tentatives de faire entendre les mécaniques aux prises avec la ville, comment ils agissent sur nos corps, collectifs et individuels. Mais la ville nous repêche aussi. Chassés-croisés de possibles et d’impossibles, par morceaux éclatés, comment nous sommes traversés par la ville, et comment résister à son objectivation.