Archives de la catégorie : littérature

Sans contact

par Julie Sas.
Ils / portaient à la voie : / Déployez / les matraques / à moins d’ / 1 mètre / sur / des rayons d’ / au moins plusieurs / kilomètre / En circonférence extérieure.

Sur la terre qui est plate comme une table

Montage et mixage > Emmanuel Moreira
Pièce sonore.
Texte > Carolina Sanin, la quiétude
Traduction de l'espagnol par Bérangère Pétrault, revue Fracas
Lecture > Amandine André
Montage et mixage > Emmanuel Moreira

MISS B.

Les morts ou les fantômes, que l’on souhaite les chasser, ou bien recueillir leurs paroles, ont toujours fait l’objet d’une passion dévorante.
par Laurent Jarfer

Run run run

La poésie à l'ère des pandémies : une poésie zombie. Ce sont les virus qui lacèrent l'écran et qui empoisonnent le lyrisme. La poésie est une course poursuite effrayante dans le genre de l'horreur. Philippe Maurel

Mobiles

Tout ça pour ça. Deux mois de confinement pour en arriver là, à deux pas de chez lui. Deux pas, c’est ce qu’il dit. Même pas vraiment sorti, rien pour l’attester, alors. Il a voulu jouer au, a perdu. Tant pis.
---
Par Eric Darsan

Il est né quand tout est mort dans la terre

Hommage à Pierre Guyotat.
Textes : Progénitures, Pierre Guyotat. De la destruction, Amandine André. Encore Plus Que La Lutte Des Classes, Pierre Guyotat.
Archives : Michel Surya, laviemanifeste
Lectures : Pierre Guyotat, Amandine André.
Musiques : Sainte Colombe, Bach, Vig Mihály, Schumann.
Montage : Emmanuel Moreira

{HARMONIUM

Album, par Etienne Michelet
--------
Les onze morceaux réunis dans cet album sont un mélange de peurs, de lumière, de cris, de silences...

Icelle

Texte : Amandine André.
-----
Moi José del Céu mort par le travail abominable suis ressuscité par la volonté de la poussière des anges et réincarné par icelle en texte par la voix duquel je dirais les poèmes de l'an 2083.

Marcello Négro (le retour)

texte de Thomas Vinau
----
Dans les questions
que les chiens
ne posent plus
(...)

Meeting

La place où se tient le meeting se remplit rapidement. Les entrées sont filtrées par un service d’ordre déterminé. Ils demandent de la même voix tranchante, Vos papiers. Leurs yeux observent le visage qui les leur tend, la photo, le visage encore, avant de poser une question aléatoire. La réponse importe moins que l’expression prise par le visage.

Partir en cavale

Tracts trouvés, reçus et lus.

Marnie

Connie Scozzaro - Trad. Marie de Quatrebarbes.
Quand j’étais une petite coupure / je croyais que je voulais m’annuler / lotion, sirop, Percocet / pour éteindre ma piqûre

Leur cité instituée dans la salive de la baleine

Par Pierre Chopinaud. Le petit récit épique et religieux qui suit arrive au milieu d’une guerre actuelle réellement racontée dans « Enfant de Perdition » (P.O.L, 3 janvier 2020). Dans cette guerre s’affrontent des races, des religions, par la terre, les rivières, les forêts, les vallées et les monts et par le ciel et la mer arrivent des « cerbères », la gueule pleine de feu, depuis l’Amérique, la France, l’Italie...

On n’écrit pas dans le vide

Ce serait le jeu : que quelqu’un disparaisse avant de sauter.
---
Sacha Steurer

Interrogatoire

Par Anna Carlier // état des selles : changeant / de retour de voyage et l’avion peut-être ou la nourriture qui y est servie. Le plastique omniprésent. De même que partout dans ce pays. Grands plastiques noirs - sacs - enveloppant et dissimulant toutes sortes de plastiques transparents ou de couleur et bien d’autres choses encore.

HOTTE

le vendeur de nuage
a vendu un nuage noir
le vendeur de putes
a vendu une pute en marbre
le vendeur de drogue a vendu
une seringue pleine de morpions
les affaires marchent
ça cause gros sous dans ma rue

10 vadrouilles

Par Maxime Actis
le douanier regarde nos livres, → Sid, 18.08.2009
stop près des voies ferrées
quelqu’un baisse la vitre et nous jette un paquet de cigarettes rouge
la police arrive et en anglais dit que Belgrade c’est loin
la police dit que c’est pas sûr le stop à cause des gitans
il y a des gens qu’on fout dans le coffre de la bagnole
et qu’on balance dans un ruisseau après les avoir dépouillés, comme ça sans raison

L’arche inuit (extrait)

(cette manie, un temps, de tout crypter, comme d’un certains sauront, il y aura toujours un certains avec lesquels crypter et en ce cryptage, compter, jusqu’aux syllabes mêmes en cas de vers comme il se dit d’accidents, s’il n’y a ici vers qu’accidentels) par Denis Ferdinande

Morphose 6 : Devant

« Si chacun aspire à la loi » / dit l'homme / « comment se fait-il / que durant toutes ces années / personne autre que moi n'ait demandé à entrer ? » / « … cette entrée n'était faite que pour toi »

Cinq lettres de Kaspar Hauser

Vous dites Kaspar tu dois toujours regarder le sol. Kaspar serre la ceinture et marche droit. A quoi bon ? Vous piétinez les gosses et les pâquerettes, vous gazez les abeilles, les pucerons, les gens qui dansent au bord de l’eau. Vous trucidez même les vers de terre. Tout va s’éteindre sur votre sol. J’en ai les pieds qui brûlent, ça vous fait rire comme des hyènes et vous dites Kaspar ne pleure pas sinon tu n’auras pas de cheval. (...) par Benjamin Fouché

Para-récit d’une lecture publique que j’ai faite suivi de Para-récit d’une lecture publique que j’ai vue

Mon réveil a sonné, et ça me réveille, je repousse mes couettes (j’en ai 2) je monte sur mes pieds (j’en ai 2), je me lève, je rentre dans mes vêtements ...
Benoît Toqué

Contrôle (Ctrl), une série Z Par Eric Darsan

L'histoire commence dans un village de rednecks. In media res et tout ça : on ne connaît rien du contexte, on ne sait pas comment on en est arrivé là. Ici, d’ailleurs, on ne se le demande pas. On y naît, vit, passe. Trois petits tours et puis s'en va. Comme dans la vie, un rêve, une nouvelle. Surgit un zombie (Ctrl+C) qui [peut-être, n'a pas plus (ni moins) demandé que nous à être de la partie].