Style. Critique de nos formes de vie. Entretien avec Marielle Macé.

Une vie vécue est inséparable de ses formes, de ses modalités, de ses régimes, de ses gestes, de ses façons, de ses allures… qui sont déjà des idées. Les formes de vies ne sont jamais des objets, ce sont toujours des raisons, des motifs : raisons de vivre, motif à être, raison d’agir.
Style. Critique de nos formes de vie. Éditions Gallimard.

Marie José Mondzain, confiscation du mot Radicalité

La radicalité c’est à la fois et la révolté et le désir et non comme on l’entends aujourd’hui : la révolte et l’asservissement. La radicalité c’est tout le contraire de l’asservissement. C’est une énergie politique qui libère.

Adolorée

par Pierre Chopinaud
Je marchais la nuit pour des soldats ne pas être pris et certains parfois le jour me voyant me faisait une place dans leur paille pour me reposer. Puis mon genou a commencé de me faire souffrir et j’ai du boiter jusqu’à la mer des jours durant en oubliant la souffrance. J’ai longtemps dormi au bord de l’eau comme j’avais atteint la mer jusqu’à trouver d’inconnus le bateau qui fuyait les massacres. Mais ils m’ont laissé là loin du pays où étaient les miens et vers eux encore longtemps sans rien il me faudra marcher ! 

De chair et de métal

Ces corps n'ont pas eu le choix du métal : prothèse, pace maker, implant auditif ...
Quand le fer traverse la chair.
Documentaire sonore, par Céline Laurens

Atelier du Regard #06. Pierre Damien Huyghe / Max Charvolen

En feuilletant les 3 volumes du catalogue du FRAC PACA Pierre Damien Huyghe a été saisi par la reproduction de deux œuvres de Max Charvolen. Trésor des marseillais (2003) et Table et tiroir (1982). Un choix qui s’est fait à partir d’un aperçu de l’œuvre, d’un voir, et non d’une connaissance du travail de Max Charvolen.

Mercredi de Montévidéo. Noé Soulier, Actions, mouvements et gestes

Actions, mouvements et gestes est un livre qui propose de multiples façons d’appréhender le mouvement et d’observer une œuvre chorégraphique.
Lecture + Entretien avec Noé Soulier

Dorothée Munyaneza, La chute et le soulèvement

Samedi Détente, retour de mémoire. 6 avril 1994, Dorothée Munyaneza à 12 ans, et le Rwanda sombre dans le dernier Génocide du 20°siècle.
Samedi détente, Se souvenir de la chute des corps. Mémoire d’un peuple.
Unwanted. Rwanda, Syrie, Congo … des filles, des femmes, des centaines, des milliers, des centaines de milliers. Abusées déchirées violées humiliées annihilées
Anéantie par le crime atroce certaines se sont retrouvées enceintes de leur bourreaux
Unwanted. la vie après. Se relever, tenir debout, lutter

Le conflit politique : logiques et pratiques

Enregistrement du colloque qui s'est tenu les 6,7 & 8 avril 2017
Premièrement, la politique se laisse aborder sous l'angle du conflit spécifique qu'elle met en œuvre. Deuxièmement, il y a une logique de ce conflit, ce qui veut dire plus précisément qu'il y en a une intelligibilité, entendons par là une saisie conceptuelle et discursive. Troisièmement, cette intelligibilité, comme dirait Lacan, est « pas-toute » ; le concept de « pratiques » peut alors être mobilisé pour indiquer les éléments (les gestes, les postures, les dispositions) qui se transmettent par d'autres voies que celle du discours ou de la saisie conceptuelle.

Post Mortem Ante Facto

Chaque matin c'est le constat amer d'une vie ou la réalité à la dent dure.
Nox.

Bure, 18 février 2017

Reportage
C’est dans le village de Bure, dans la Meuse, que L’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs a décidée de construire sa poubelle radioactive.

Eric Fassin. Violences Policieres : Un rappel à l’ordre de la domination

Avec le sociologue Eric Fassin, pour comprendre comment et pourquoi les violences policières sous-tendent une politique qui les encourage. Comment et pourquoi elles contribuent à une politique de racialisation de la société. Et enfin les enjeux que font peser sur les luttes contre les violences sexuelles, le procès à venir et la qualification de "viol par accident" proposée par l'Inspection Générale de la Police Nationale.

Correspondances fantômes

Amandine André invite Liliane Giraudon & Nathanaël
Discussions et lectures, archive décembre 2013, Manifesten, Marseille.
Sommaire de la discussion >> deux écritures peuplées de fantômes - la correspondance - la consolation - la violence de la langue - la différence entre le Français et l’Anglais - le corps de la langue, l'incorporation - que peut la littérature ? - le rapport à la lecture - se faire un corps, le corps étendu des œuvres - le genre dans la langue du Français à l’Anglais, de l’Anglais au Français - la morale sexuelle des surréalistes

Quinze heures du matin

Par Claude Favre
il est quinze heures du matin, c'est un théâtre / cela pourrait s'appeler de noms beaux comme l'aurore / cela pourrait s'appeler Alep / il y a des images de liesse, filmées par la télévision officielle syrienne / des armes pour la joie, des langues pour la haine / des photographies géantes de Bachar Al-Assad / il y a des sapins scintillants, des messes dites / il y a des corps à terre, parfois ce ne sont même plus des corps

Atelier du regard #05 – Walid Raad ( Atlas Group) / Jerôme Game

Jérôme Game porte son regard sur une vidéo de l’Atlas Group, fondé par Walid Raad. We can make rain but no one came to ask. (2006)

Abdelkader Damani, vivre ce qu’on ne pourra pas vivre

Sommaire de l'entretien :
l'expérience esthétique - le rôle des artistes - la production esthétique de masse - co-produire avec tous - la critique de l'art contemporain - tester, vérifier les formes artistiques - réinjecter les œuvres dans le monde, activer les œuvres - Les œuvres portent pour nous.

Preuve de cendre

L’appât vide, sans
membres
viens, viens sans me dénombrer et viens et
conjugue et approuve.
(...)
par Mathieu Brosseau & Lena Da Ros

Jean-Christophe Bailly. L’élargissement du poeme

Il y a dans l'écriture de Jean-Christophe Bailly un dialogue continue et discret entre la poésie, la pensée et la politique. Un dialogue qui s'écrit aussi bien par le poème, le récit, l'essai ou le théâtre.
Lecture de poèmes par jean Christophe Bailly suivie d'un dialogue à partir du livre L'élargissement du poème, publié en 2015 chez Christian Bourgois, éditeur.

Le cercle, Sacha Steurer

Devant la mer, le passé, une marche, une chute évitée : tomber, écrire ce qui tombe. Être plongée, se retourner, perdre toute notion d’espace et de temps. Pour revenir, je me rends. À la vitesse des rêves, un ordre des choses : je me déplace sous la Terre, je suis prise dans une tempête de pluie, et je crie, en restant sous l’eau.

Nacera Belaza, chorégraphe

Regardez la mer / abandonnez vous à son horizon / écouter son ressac / il y a une vie en soi, qui n’est ni histoire, ni travail, ni succès, ni défaite / une vie intérieur, un mouvement perpétuel, bien plus vaste que nos accomplissements.
C’est une danse de Nacera Belaza.

Faire le mal avec des fleurs

Entretien avec Plínio Walder Prado. Il enseigne au département de philosophie de l’université de Paris 8.
"Dans la souffrance il y a quelque chose qui me fait souffrir qui n’est pas moi, mais le monde, et dont je n’ai pas à guérir". Critique adressée par le philosophe Plinio Prado à la notion de résilience. Notion qui transporte avec elle l’idée d’une paix entre soi et le monde. Critique du philosophe qui vise à réinjecter une conflictualité nécessaire avec ce qui m’entoure plutôt qu’une guérison.

Calais, The Jungle, 16 oct. 2016

reportage.
Dimanche 16 octobre 2016, aller/retour pour Calais. Pour voir cette jungle que le gouvernement veut raser.
Une ville de baraques et de tentes avec ses rues, ses trottoirs, ses quartiers, ses restaurants, ses boutiques, ses habitations, ses écoles, ses lieux de cultes et son belvédère - ce point de vue recherché par les touristes d’où l’on embrasse du regard l’étendue d’une ville. Des files d’attente aussi, des files d’attente pour la distributions de nourriture, des files d’attente pour la douche, des files d’attente pour l’électricité. Une ville précaire, mais une ville quand bien même.

La caverne selon Philippe Quesne

« Quand les humains n’ont pas de solutions pour eux-mêmes, pourquoi ne pas consulter des animaux ? » entretien avec Philippe Quesne / La nuit des taupes (Welcome to Caveland !). Sommaire :
des insectes - du cadre & de l’observation - des taupes - du langage des costumes - de la mélancolie - du théâtre comme caverne - de Maeterlinck et de l’émotion face aux aménagements particuliers