Archives de la catégorie : danse / performance

Nacera Belaza, chorégraphe

Regardez la mer / abandonnez vous à son horizon / écouter son ressac / il y a une vie en soi, qui n’est ni histoire, ni travail, ni succès, ni défaite / une vie intérieur, un mouvement perpétuel, bien plus vaste que nos accomplissements.
C’est une danse de Nacera Belaza.

La caverne selon Philippe Quesne

« Quand les humains n’ont pas de solutions pour eux-mêmes, pourquoi ne pas consulter des animaux ? » entretien avec Philippe Quesne / La nuit des taupes (Welcome to Caveland !). Sommaire :
des insectes - du cadre & de l’observation - des taupes - du langage des costumes - de la mélancolie - du théâtre comme caverne - de Maeterlinck et de l’émotion face aux aménagements particuliers

Les figures de Marlene Monteiro Freitas

Rencontre avec Marlene Monteiro Freitas à propos de la pièce Guintche. Une métamorphose permanente du visage soutenu par la persistance rythmique du bassin. Un solo hypnotique qui laisse passer les visages multiples d’une Guintche.

Lisbeth Gruwez, Politique de l’amitié

Entretien avec Lisbeth Gruwez présente au festival de Marseille avec deux spectacles :
Une danse sur 8 chansons de Bob Dylan + It’s going to get worse and worse and worse, my friend.

Vider ce trop plein qui nous oppresse

Taoufiq Izeddiou. Chorégraphe, danseur, marocain. Il présente En Alerte au festival de Marseille et à Montpellier Danse. Taoufiq Izeddiou, est habité par un trop plein, un débordement, qu’il lui faut vider. Sa danse, son travail consiste à donner une forme à sa dépense.
Entretien radiophonique

Bien triste celui qui danse avec son corps

Entretien avec Olivier Dubois à partir de son désir sauvage de danse

Frayage

Cadre, focal, souffle… Quelques-uns des mots à partir desquels nous cheminerons dans le laboratoire du chorégraphe Vincent Dupont, artiste associé au Centre Chorégraphique National de Montpellier.
Qu’est-ce qu’une présence ? Comment rendre compte de son intensité ? Comment rendre perceptible ce qui n’est pas immédiatement visible ? Comment rendre compte de la naissance d’une forme, de son émancipation du flux duquel elle s’extrait ? Pour ce dialogue radiophonique Vincent Dupont à souhaité inviter Christian Rizzo, chorégraphe et directeur du CCN de Montpellier.

Verticale Torve. De lumpen

A propos de la danse de Volmir Cordeiro. Texte + entretien.

Trio A

Trio A, d'Yvonne Rainer a été créé en 1966 et était intitulé L’esprit est un muscle-Première partie.
Il s’agit à l’origine d’un film en 16 mm transféré sur vidéo, qui a été réalisé en 1978.

Catherine Diverrès, abandon et retenue

Entretien en deux mouvements avec Catherine Diverres, chorégraphe, à propos de Stance II et Ô Senseï.

Longing

par Marie Juliette Verga
Avec Longing – اﺍلﻝتﺕوﻭقﻕ, Alexandre Roccoli poursuit l'exploration appliquée des danses de transformation, des rituels scéniques, des danses de guérison, des danses collectives.

Psyché est étendue, n’en sait rien

Le travail de Thomas Ferrand consiste à explorer la scène comme émergence d’un monde présent dans notre monde mais que nos perceptions ne parvienne pas à atteindre.

combien de temps met un corps pour atteindre le sol quand il chute depuis je ne sais pas combien de haut

Par Florent Draux, en écho à Temps de travail, une performance de Fabienne Létang. Manifesten (éditions Al Dante), revue Attaques, aux Grands Terrains, 21 septembre 2012 à Marseille. Texte suivi des enregistrements vidéos des lectures d'Amandine André & d'Oscarine Bosquet et Jérôme Bertin.

(Des)incarnat(s)

Pièce chorégraphique de Bernardo Montet
Texte : Amandine André

Ils-Desdichado

A propos de Transfiguration et d'Enfermoi d'Olivier de Sagazan
Texte de David gé Bartoli. & entretien radiophonique avec Olivier de Sagazan

Plongée

A propos de Plongée, une fiction chorégraphique de Vincent Dupont, par Amandine André

« Qu'est-ce qu'une vision? L'image d'un mort qui passe involontairement à un vivant.
Qu'est-ce qu'une figure? La vision gardée par un vivant et re-gardée par un tiers (le témoin du mort-vivant). »

Talus

Vidéo
Réalisation : Fabien Delisle
Danse : Albine Lombard
2010 / 10'27

Isao

Chorégraphie : Bernardo montet, Gaby Saranouffi
interprétation : Gaby Saranouffi
Lumière : Laurent Matignon
Musique : Pascal Le gall
La scène est plongée dans le noir, en son centre se trouvent disposés deux tubes fluorescents. Les deux tubes lumineux perforent la nuit du plateau. Un passage qui vient déchirer la nuit. Une béance qui emporte tout du regard et qui au premier touché de l'oeil ne laisse que la danse des fluides lumineux. ( ... lire la suite)
Entretien : Amandine André & Emmanuel Moreira
Réalisation : Emmanuel Moreira

Aaleef, de Taoufiq Izeddiou

Un bruit sourd sort toujours de quelque part. Un bruit sourd gronde, le ventre de la terre s'ouvrirait-il, s'ouvrirait-il de telle manière qu'on y tombe ou qu'on en sorte et qu'on en sorte de telle manière que ce serait une survivance. Qu'il n'y aurait alors pas d'autre survivance que la danse qui se joue devant nous. Et se jouer n'est pas histoire à la légère. Ce qui se met en jeu comme se met en vie comme ce qui risque la vie comme ce qui se met en jeu dans cette danse met en jeu toute une vie, s'y risque.

Une solitude parmi nous danse ses solitudes

20 janvier 2011 - 4 février 2011. La vie manifeste suit les pas de la danse au Maroc. A Marrakech, et à Casablanca s'inventent des possibles, entre eux des trajectoires se tissent. Sur les pas de Bernardo Montet, avec Taoufiq Izeddiou à Marrakech (festival On marche) et Meryem Jazouli à Casablanca ( Espace Darja ). /////////////////////// story blogging

Le désoeuvrement chorégraphique, Frédéric Pouillaude

Entretien avec Frédéric Pouillaude.
A l'origine de cet ouvrage - "Le désoeuvrement chorégraphique. Etude sur la notion d'oeuvre en danse" - il y avait pour le philosophe Frédéric Pouillaude, la tentative d'un discours philosophique sur la danse contemporaine. Très vite un constat s'est imposé : « l'incapacité de la philosophie et de l'esthétique à penser les pratiques chorégraphiques selon le régime commun de l'oeuvre ». Si la danse n'est pas absente des discours philosophiques, surtout depuis le XX° siècle, (Paul Valéry, Erwin Straus, Alain Badiou …) elle n'y est jamais présente au titre d'oeuvre.
Entretien radiophonique et réalisation : Emmanuel Moreira

Madame Plaza, Bouchra Ouizguen

Bouchra O en déployant ses gestes – bras s'étire vers l'avant ou vers l'arrière – en repliant son corps, couche au sol une cartographie dans laquelle elle va se plonger. Cherche ce qui du cou à l'épaule, du bassin rotatif à la jambe, ce qui remue et résonne dans sa danse, et d'un geste dessine dans l'air les lignes géographiques et les lignes temporelles qui vont toucher le plus lointain et le plus proche.