Réverbération propose chaque mercredi une écoute de 4 documents sonores.

Semaine du 21 au 27 octobre 2020

Une vie parlée : autobiographie parlée (8)
Fred Deux, 1964
Cassette 011, La fuite de Farman
Cassette 012, Maquis 1
Casette 013, Maquis 2, Nénette, fin, cadavre
Casette 014, Fin du Maquis, le retour, engagement

+

Ainsi brament-ils
Matthieu Cornelis
Otuscops – RTBF, 2019

+

Passeur – Comment j’ai fait passer la frontière à des réfugiés
Raphaël Krafft & Jean-Philippe Navarre
France Culture, 2016

+

La pute de la côte normande, Marguerite Duras
Emmanuel Moreira
La vie manifeste, 2020


Recevoir par mail, chaque mercredi, notre sélection

Une vie parlée : autobiographie parlée (8)

Fred Deux, 1964
Cassette 011, La fuite de Farman
Cassette 012, Maquis 1
Cassette 013, Maquis 2, Nénette, fin, cadavre
Cassette 014, Fin du Maquis, le retour, engagement

Cassette 011, La fuite de Farman
Cassette 012, Maquis 1
Cassette 013 – plage 01, Maquis 2 – Nénette – fin – cadavre
Cassette 013 – plage 02, Maquis 2 – Nénette – fin – cadavre
Cassette 014 plage 01, Fin du Maquis – Retour – Engagement
Cassette 014 plage 02, Fin du Maquis – Retour – Engagement

cet enregistrement nous vient de très loin. 1964. Un homme dans le grenier de sa maison, dans un petit village de l’Ain à Lacoux, tente de faire le récit de sa vie. De se raconter, de s’expliquer à lui-même. Un enregistrement composé de 132 cassettes et 385 pistes. […] Me voilà en 62,63,64. J’ai un magnétophone sur une table et je laisse sortir de moi une mèche enflammée qui s’enroule sur des bobines. Je suis à Lacoux. Mes paroles s’inscrivent et peuvent m’être rendues. Ce sont des mots, écrits dans ma langue, avec mon souffle. C’est sur ma scène que je bouge, c’est la voix de chacun qui va sortir. Je me découvre, comme je me suis découvert avec du papier mais il y a une différence. Au commencement de cette corde tirée hors de moi, c’est le son, la couleur de la voix, la musique. Ça change tout. Ce n’est pas moins ni plus, c’est une autre terre, matière, ça porte du sang. Pourtant, le dessin draine, lui aussi, du sang. Je vis ces mois de parole comme un homme ivre qui ne peut s’arrêter. J’ai déchiré quelque chose que je verrai plus tard… Cécile ne comprend pas toujours ce qui me fait rester dans le grenier de la maison de Lacoux. Pour un peu (dans le début, car ensuite ça s’arrondira, ça se calmera), je dormirais là-haut et, ainsi, j’aurais la touche à portée de mon doigt pour l’enfoncer dès mon éveil… Le jour où je lui en ferai entendre des bouts, elle pleurera. C’est alors elle qui achètera des cassettes. Elle me fournira ma nouvelle drogue. Il y avait une boule dans ma vie. Elle devait contenir une totalité. La faire venir, s’en approcher sans brusquer. Tout s’en trouvera déplacé. Les mots écrits auront la teinte des paroles prononcées ; les traits dans le dessin seront marqués par ce qui cavale dans ma tête. Je ne suis pas devenu une charrette emballée mais un type qui a compris qu’il joue sa seule carte… […] Fred Deux / Terre mère, Journal 1997-1998 / André Dimanche Éditeur.

L’intégralité du document ici

Ainsi brament-ils

Matthieu Cornelis
Otuscops – RTBF, 2019

Focus Festival Phonurgia nova 2020
Prix « Archives de la parole »

Benoît et Baptiste sont passionnés par le cerf. Ensemble, ils suivent sa piste, l’appellent, l’écoutent, l’observent, le photographient, le comprennent. Une compétence que père et fils exposeront au Championnat national d’imitation du brame de Saint-Hubert.
Expression bestiale de la rivalité, le brame affectera-t-il leur complicité ? C’est l’histoire d’une transmission, d’un lien fort entre la nature et l’homme, d’une passion commune pour le cerf avec toute sa symbolique, et, au bout du compte, d’une inévitable confrontation.

Réalisation : Matthieu Cornélis
Prise de son : Matthieu Cornélis • Bastien Hidalgo Ruiz
Texte : La dernière harde, Maurice Genevoix, lus par Yasmine Boudaka
Montage : Irvic D’Olivier
Mixage : Pierre Devalet
Illustration : Julie Servais
Production Otuscops ASBL – RTBF (Pascale Tison), avec le soutien du FACR de la FWB et de l’ACSR

Passeur – Comment j’ai fait passer la frontière à des réfugiés

Raphaël Krafft & Jean-Philippe Navarre
France Culture, 2016

Le 7 octobre 2015, Raphaël Krafft fait passer illégalement et dans la clandestinité la frontière franco-italienne à deux jeunes Soudanais qui désiraient demander l’asile en France et avaient déjà été refoulés par deux fois vers l’Italie. Après 20 ans de reportages sur différentes zones de fracture en France et à l’étranger, Raphaël Krafft a, pour la première fois, décidé de franchir une limite et en fait le récit dans ce documentaire.

La pute de la côte normande, Marguerite Duras

Emmanuel Moreira
La vie manifeste, 2020

« C’était l’été 1986. J’écris l’histoire. Pendant tout l’été chaque jour, quelques fois le soir, quelques fois la nuit, c’est à cette époque là que Yann entre dans une période de cris, de hurlements. Il tape le livre à la machine, deux heures par jour. Dans le livre, j’ai 18 ans. J’aime un homme qui hait mon désir, mon corps » ( Marguerite Duras )