Triptyque 1 matérialisme / © Image Nathalie Blanchard

Description

Nous vivons dans un manque de réel. C’est ce qu’on nous répète tous les jours. Et c’est peut être vrai.

Mais, en même temps, nous sommes plongés tout le temps dans un excès de réel, dans un réalisme étouffant.

En effet, ce qu’il nous faut c’est du possible ou, encore plus, de l’impossible.

Si notre condition est celle d’une soumission au royaume de l’image, à son inconsistance, à sa virtualité, alors nous demandons qu’il nous soit donné ce qui reste à voir dans l’image, ce qui dans l’image reste encore et à jamais à voir, son invu.

Nous ne devons pas fuir les images pour revenir au réel. Il n’y a pas cette alternative. Il faut en finir avec toute nostalgie platonicienne néo-situationniste.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>